« Ma fille de 8 ans a emménagé avec un garçon de 13 ans », raconte ce père.


"Ma fille de 8 ans a emménagé avec un garçon de 13 ans", raconte ce père.

Les dérives des réseaux sociaux sont aujourd’hui telles qu’elles créent des situations tout particulièrement dangereuses, notamment pour les enfants. C’est le cas à Kiev, en Ukraine, où l’indignation a été suscitée après l’annonce du mariage d’une fille de 8 ans et d’un garçon de 13 ans. Une histoire rapportée par le journal 7 News.

Une romance inappropriée

C’est une autre star des réseaux sociaux en la personne de Pavel Pai, un garçon de 13 ans, que Milana Maxanets a « épousé ».

Cette romance, qui a fait la une des journaux, était consentie et soutenue par les parents respectifs, qui ont déclaré n’avoir aucun problème avec le nouveau mode de vie de leurs enfants, rapporte 7 News.

L’indignation générale a été encore plus grande lorsque les parents ont encouragé les enfants à vivre ensemble dans la capitale ukrainienne de Kiev. Ainsi, l’annonce du mariage a créé une vague de colère et d’inquiétudes légitimes car cet acte pourrait bien avoir des répercussions sur d’autres enfants.

Cependant, il semble, selon les déclarations du père, qu’il ait tenté de communiquer avec sa fille pour lui expliquer qu’il s’agissait d’une « erreur » et qu’il était « choqué » par ce qui se passait. Par contre, son ex-femme, Daria Maxanets, et les parents du garçon approuvent cette relation.



"Ma fille de 8 ans a emménagé avec un garçon de 13 ans", raconte ce père.

Une ligne morale a été franchie

Des photos récentes, décrites comme provocantes, montraient les deux jeunes influenceurs enchaînés pendant 4 heures dans le registre d’un défi Instagram. Par la suite, la police locale a approché la mère de « Mila » au sujet des visuels, ce qui a déclenché une enquête.

De nombreux utilisateurs en ligne ont été outrés par ce qu’ils ont affirmé être une violation d’une ligne morale par les parents soutenant la relation. En conséquence, l’avocate et criminologue Anna Malyar s’est exprimée sur la question, déclarant que les parents se comportaient de manière négligente envers leurs enfants.

Elle a déclaré : « La jeune fille a des millions d’adeptes sur différents réseaux sociaux qui la suivent régulièrement comme une idole. Il est donc possible qu’ils commencent à imiter leurs idoles et à devenir des victimes faciles pour les pédophiles. Cela va tout à fait à l’encontre du développement sexuel normal des enfants. »

Par ailleurs, la véhémence des critiques n’a pas trouvé l’écho des familles qui soutiennent une telle union. En outre, les parents des deux mineurs auraient organisé une cérémonie de mariage, estimant que cette histoire rapporterait énormément sur les réseaux sociaux.

Même s’il s’agit d’une histoire où le couple semble être consentant, le prétendu mariage est encore précoce. La précocité est malheureusement une réalité dont sont les victimes de nombreux enfants.



"Ma fille de 8 ans a emménagé avec un garçon de 13 ans", raconte ce père.

L’impact de la médiatisation sur les enfants

Comme le précise un article d’Europe 1, la médiatisation des enfants peut avoir un impact négatif sur leur évolution. Ainsi, le premier critère d’intimité est pointé du doigt et constitue un élément essentiel pour le bon développement de l’enfant.

Autre point évoqué : un possible manque de temps libre. Cette réalité révolte le président de l’association OPEN (Observatoire de la parentalité et de l’éducation numérique), Bruno Studer, qui déclare que cela « signifie clairement que l’enfant n’a plus de temps libre ». Dans la perspective d’une indispensable guidance parentale et sans pointer du doigt, Bruno Studer exhorte les parents à adopter une attitude moralisatrice.

Par ailleurs, comme le suggère JDN, de nombreux parents exposent leurs enfants à la célébrité des médias par désir narcissique ou dans l’espoir que cette exposition soit lucrative. Des scénarios qui font partie des nombreux dangers des réseaux sociaux.

Source de l’article: Source


Leave a Comment